Evitons une hernie fiscale!

Suite à l'acceptation de la RFFA, la réforme fiscale des entreprise a fait l'objet d'une votation au niveau cantonal. Je prenais position, dans les colonnes de La Liberté, en faveur de cette loi.


A celles et ceux pour qui la réforme fiscale cantonale se limite à des cadeaux aux entreprises, je propose un petit voyage dans le futur:


"Après le refus dans les urnes de la réforme fiscale fribourgeoise, bon nombre d'entreprises (au bénéfice ou non d'un statut fiscal) larguent les amarres et s'installent sous des cieux fiscaux plus cléments. Pas besoin d'aller bien loin: Vaud, Genève ou Neuchâtel, autant de destinations plaisantes pour une entreprise qui veut rester compétitive. Notre cher canton de Fribourg n'a plus que les yeux pour pleurer.


Les pertes d'emplois se comptent par centaines, et aucune entreprise ne semble remarquer sur la carte l'existence de cette région vainement bilingue, devenue un canton dortoir. Les revenus fiscaux prennent la courbe descendante et le service public doit être revu à la baisse. Si le Conseil d'Etat refuse de toucher à la formation, il est contraint de mettre en berne certains projets qui auraient dû préparer l'avenir du canton.


Avec sa réforme, le Gouvernement fribourgeois avait pourtant présenté une solution équilibrée: ne pas miser sur les outils fiscaux, mais définir un taux équitable pour l'ensemble des entreprises, le tout accompagné de mesures en faveur de la population. Le dogmatisme et les arguments fallacieux auront fait fi de cette logique, provoquant un gâchis dont le canton aura du mal à se remettre..."


Pour éviter que ce scénario ne devienne une réalité insoutenable tant pour le canton que pour les communes, voter deux fois oui pour ce projet ne peut relever que du bon sens.


Courrier de lecteur paru dans le quotidien La Liberté du 15 juin 2019.

1 vue0 commentaire