Votre député, votre voix

Pourquoi être candidat au Grand Conseil ?

A 30 ans et après plus de quatre ans au sein du Conseil général de la ville de Fribourg et de sa Commission financière, je me sens prêt à relever un nouveau défi politique et à rejoindre le Parlement cantonal.

Je veux y inculquer la sensibilité de la jeunesse.

Je veux y affronter les problèmes qu'on ne peut laisser attendre.

Je veux dépasser les clivages et réunir des majorités autour de propositions fortes.

Je veux défendre le pouvoir d'achat de la classe moyenne et des familles.

Je veux promouvoir le canton et la ville de Fribourg comme pôle universitaire, touristique et culturel bilingue.

Je veux allier économie et environnement, au service des générations futures.

Je veux proposer des perspectives d'avenir à toutes et tous.

Je veux rendre possible les changements nécessaires.

Quelques propositions

#1 Développer les transports publics et la mobilité douce, avec des sources de financement diversifiées

Il est aujourd’hui essentiel de créer un report modal de la voiture vers les transports publics et la mobilité douce, afin de réduire le trafic et la pollution. Pour y parvenir, la priorité réside dans le développement d’une infrastructure sûre et accessible pour chacune et chacun, et non dans la gratuité, qui se ferait au détriment de l’infrastructure précisément et renforcerait le clivage ville-campagne.

Le développement de l’infrastructure doit être rapide et massif. Pour autant, son coût ne doit pas uniquement reposer sur l’imposition.

Je propose d’introduire une redevance à charge des grands générateurs de trafic définis par le Plan directeur cantonal (par ex. Avry-Centre), dont le produit sera dévolu aux transports publics et à la mobilité douce. Le but de cet instrument est :

  • d’inciter les grands générateurs de trafic à proposer des alternatives aux trajets en transport individuel motorisé

  • d’augmenter et de diversifier le financement des transports publics et de la mobilité douce, sans toucher au portemonnaie de la classe moyenne et des PME

  • de favoriser un commerce de proximité

#2 Des entreprises tournées vers une économie zéro carbone

Lors des dernières votations, le message de la population a été clair : OUI à la lutte contre le réchauffement climatique, NON à la surcharge et à la culpabilisation de la population.

Le réchauffement climatique est un enjeu majeur pour l'économie et l'industrie est un émetteur important de CO2. Il est essentiel de prendre des mesures afin d'accompagner les entreprises vers une économie zéro carbone. Je propose notamment les mesures suivantes:

  • Fonds d'investissement pour soutenir l'innovation et les initiatives privées en faveur du développement durable et de la réduction de CO2

  • Octroi des concessions cantonales soumis à l'adoption de plans de mesures pour l'environnement

  • Soutenir la formation et la création d'emploi dans les métiers de la transition, en particulier dans les métiers liés au bâtiment et à l'assainissement, afin d'avoir une main d'oeuvre suffisante et qualifiée

  • Développement de solutions de captage du CO2 pour la part incompressible

#3 Soutenir la création d’énergie renouvelable locale

S'il est essentiel de revoir notre consommation d'énergie individuellement et que les collectivités publiques doivent rapidement assainir le parc immobilier, cela ne suffira certainement pas à compenser la sortie du nucléaire et à assurer notre approvisionnement énergétique. Plutôt que de dépendre de l'étranger, le Canton doit mener une réflexion large sur la production d'énergie renouvelable indigène, en y intégrant les communes.

Il faut investir massivement dans le développement de l'hydraulique et du photovoltaïque, mais il serait faux de croire que cela suffise. L'implantation d'éoliennes peut y remédier, mais il convient de procéder à de nouvelles études, neutres, quant aux potentiels sites. Sans oublier la géothermie, la biomasse et la valorisation des déchets, ainsi que le turbinage des réseaux d'eau.

#4 S’adapter au changement climatique

En plus des mesures pour réduire le réchauffement climatique, il faut également réfléchir au moyen de limiter ses impacts déjà « visibles ». Ceci vaut en particulier en matière

  • d’urbanisme et de construction, où il faut végétaliser, rendre les sols perméables, maintenir plus de traversées vertes et favoriser le recyclage des matériaux de démolition (en particulier le béton).

  • de politique agricole, il faut prévoir des aides supplémentaires face aux nouveaux phénomènes météorologiques et soutenir une production locale.

#5 Fribourg, pôle universitaire et de recherche

La vie estudiantine est essentiel pour le canton et la ville de Fribourg et la pandémie l'a malheureusement mise à mal comme tant d'autres domaines.

Le canton doit aujourd'hui prendre un rôle moteur et facilitateur dans le déménagement du Tremplin pour que la nouvelle Faculté de droit voit le jour. L'Hôpital cantonal doit se positionner entre Berne et Lausanne pour valoriser le nouveau cursus de médecin. De façon générale, le canton doit beaucoup plus intégrer l'Université et les Hautes écoles dans des partenariats publics-privés.

Fribourg doit également se poser comme pionnier dans les domaines qui font partie de son ADN économique : la construction et l’agro-alimentation. Les sites d'innovation, en particulier celui de Bluefactory, doivent se positionner comme leaders nationaux sur l'habitat du futur et l'alimentation durable. Des synergies doivent être étudiées avec les milieux de la restauration et de l'hôtellerie.

#6 Renforcer le soutien à la culture

La culture a besoin d'une gouvernance beaucoup plus claire, d'une politique régionale et d'une vraie promotion. Il est temps de faire passer les lois en la matière au XXIe siècle!